La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Pics d’ozone : fatigués !
Pierre Courbe  •  21 juin 2017  •  Transport routier

-
Fatigués ! Nous sommes fatigués de répéter, année après année, que seules des actions fortes, inscrites dans la durée, sont à même de résoudre les problèmes de pics d’ozone et, plus largement, de pollution de l’air. Fatigués de proposer des portefeuilles d’actions auxquels seules les administrations semblent porter intérêt. Fatigués d’être confrontés au manque d’ambition des décideurs politiques, à l’incohérence des personnes se plaignant de la pollution au volant de leur voiture, à l’arrogance des constructeurs pour lesquels les normes d’émissions sont au pire une « entrave légale », au mieux un argument de vente.

Les pics d’ozone ne constituent que la partie visible, le symbole de la pollution de l’air. Comme le rappelait ce mardi 20 juin la cellule interrégionale de l’environnement (CELINE), « des mesures limitées dans le temps et dans l’espace […] ne permettent pas de réduire les concentrations d’ozone ». Il faut au contraire mettre en œuvre des mesures « durables, drastiques, et conduites à l’échelle européenne » [1]. Ce qui, bien entendu, n’exonère nullement les autorités locales, régionales et fédérales ainsi que les citoyens de faire leur part du travail. Pratique de la marche, du vélo, utilisation des transports en commun, covoiturage, choix de véhicules consommant peu de carburants, conduite apaisée : toutes ces actions recommandées par CELINE sont du ressort final des citoyens mais dépendent grandement du cadre politique. L’importance de stratégies nationales et locales a d’ailleurs été rappelée ce 15 juin à Ostrava, dans la déclaration adoptée par la sixième conférence ministérielle sur l’environnement et la santé [2].

Industrie, citoyens et pouvoirs publics sont coincés dans un fonctionnement pervers « SVP » (sauveur-victime-persécuteur) duquel ils ne parviennent pas à s’extraire. L’industrie automobile continue à vendre comme « propres » des voitures neuves émettant en moyenne cinq fois plus d’oxydes d’azote (précurseurs de l’ozone [3]) que la limite légale. Les citoyens sont majoritairement peu enclins à remettre en question leurs habitudes de mobilité. Les autorités publiques rechignent à mettre en œuvre les solutions connues de longue date (du bannissement des voitures en centre-ville à la mise en place d’une agence européenne de contrôle du marché automobile en passant par le développement des transports en commun).

La pollution de l’air tue des centaines de milliers de personnes par an en Europe. Elle détruit la qualité de vie de plus de personnes encore, notamment celles souffrant de maladies affectant les voies respiratoires. Toute cette souffrance humaine ne justifie-t-elle pas de tout faire pour s’extraire de ce fonctionnement pervers et de passer des paroles aux actes ? Fatigués ! Nous sommes fatigués.


[3L’ozone résulte de réactions chimiques se produisant sous l’action du rayonnement solaire et impliquant des gaz dits « précurseurs » : oxydes d’azote (NOX) et composés organiques volatils (COV)



 
Voir aussi
Dans la même rubrique
Soutiens