La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Signez pour l’interdiction du glyphosate ! (Cette fois ce sera peut-être la bonne...)
Sarah Schlitz  •  8 février 2017

-
La société civile européenne, à travers plusieurs organisations dont Inter-Environnement Wallonie, lance aujourd’hui une Initiative Citoyenne Européenne en vue d’interdire le glyphosate au sein de l’Union européenne. Après les centaines de manifestations, pétitions, interpellations politiques et autres actions menées depuis des années, il se pourrait bien que les défenseurs de la nature et de la santé sortent enfin gagnants !

SIGNEZ PAR ICI !

1 million de signatures

Pour qu’elle ait une chance de déboucher sur un changement de législation au niveau européen, cette initiative doit récolter au minimum 1 million de signatures citoyennes réparties sur au moins 7 pays membres de l’UE. Dans chacun des pays où résident les signataires, un minimum de signatures est également requis. Pour la Belgique, il en faudrait 15 750 d’ici fin 2017. Il y a du pain sur la planche !

Quelles revendications ?

À l’aide de cette Initiative Citoyenne Européenne, ces organisations souhaitent inciter la Commission européenne à trois choses :
- interdire l’utilisation d’herbicides contenant du glyphosate partout en Europe.
- réformer la procédure d’approbation de substances actives dans les pesticides et garantir que les évaluations scientifiques se basent exclusivement sur des études publiées.
- fixer des objectifs de réduction obligatoires pour chaque Etat dans le but de limiter l’utilisation des pesticides en Europe.

« Les décisions politiques doivent se fonder sur des preuves scientifiques, vérifiables publiquement, et en cas d’incertitude se fonder sur le principe de précaution [1]. », affirme le docteur et professeur Petra De Sutter de l’université de Gand, qui soutient l’initiative.

Le timing n’est pas un hasard. La Commission doit se prononcer cette année sur le renouvellement ou non de l’autorisation du glyphosate. En réalité, cette décision aurait déjà dû être prise pour le 30 juin 2016, mais les États ne sont pas parvenus à se mettre d’accord. De plus, l’analyse de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) – selon laquelle le glyphosate ne serait probablement pas cancérogène pour l’homme – est controversée dans la mesure où elle repose sur des études, non-publiées, commandées par les producteurs mêmes.

Pour rappel : le glyphosate est l’herbicide le plus vendu au monde. En mars 2015, le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l’OMS a classé le glyphosate comme « cancérogène probable » [2]. Certains éléments indiquent également que cet herbicide agit comme un perturbateur endocrinien.

En conclusion, de nombreux problèmes environnementaux et relatifs aux sols sont liés à l’utilisation massive et répétée des herbicides composés de glyphosate. Quasiment tout le monde est aujourd’hui exposé au glyphosate par l’intermédiaire de l’air, du sol, des plantes et de la nourriture.

Nos partenaires

En Belgique, outre IEW, cette initiative est soutenue par Bond Beter Leefmilieu, Nature & Progrès, Greenpeace, Velt, Natagora, La Ligue des Familles et toutes les mutualités belges (qui représentent au total 11,2 millions de personnes).


[1Le principe de précaution est mentionné dans l’article 191 du traité de fonctionnement de l’Union européenne. Il vise à garantir un niveau élevé de protection des consommateurs, de la santé publique, mais aussi de l’environnement (espèces animales et végétales). Le principe de précaution peut être invoqué lorsqu’un produit peut avoir des effets potentiellement dangereux, identifié par une évaluation scientifique et objective, même si cette évaluation ne permet pas de déterminer le risque avec suffisamment de certitude

[2En mars 2015, les experts indépendants du Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont classé le glyphosate comme « cancérogène probable ». Cette classification est utilisée quand il y a des « preuves limitées » chez l’homme et de « preuves suffisantes » chez les animaux que la substance peut être cancérogène.



 
Dans la même rubrique
Soutiens