BASF et ses plastiques écolomiques...
Alain Geerts  •  15 janvier 2013

L’écologie aime l’économie proclame BASF. Jusque là, pas de problème, mais... Mais, les environnementalistes et les industriels de la chimie comprennent-ils de la même manière cette assertion vague ?

Toutes les pièces de voiture composant ce joli papillon sur fond bleu-océan sont en matières plastiques BASF. Grâce à elles, les voitures deviendraient plus légères, donc plus économes. Et moins polluante...Et si "préserver l’environnement ne nuit pas à vos finances, c’est parce-que chez BASF, nous créons de la chimie".

Mais les voitures deviennent-elles plus légères ?

Un petit graphique parle plus que de longs raisonnements :

Source : Véhicules électriques ? Changer de mobilité, pas de voiture !

"Si l’on se place dans la logique des besoins des générations futures, pourraient ainsi se poser, par exemple, des questions d’arbitrage dans l’utilisation d’alliages spéciaux pour alléger des véhicules. Doit-on "puiser dans le stock" en employant des matériaux performants pour réaliser un gain de quelques % sur les émissions de CO2, là où une réduction de la vitesse moyenne permettrait des gains de plusieurs dizaines de % avec les matériaux actuels, et même avec moins de matériaux ?"

Extrait de "Quel futur pour les métaux ?", par Philippe Bihouix et Benoît de Guillebon, EDP Sciences, 2010

Le raisonnement mené pour les alliages métalliques s’applique bien évidemment aux autres matériaux, dont les plastiques explique Pierre Courbe, expert en mobilité.

Et les matières plastiques sont-elles écologiques ?

Pour faire vite, je vous propose les quelques faits et chiffres suivant :

- 260 millions de tonnes de plastique sont produites chaque année dans le monde.
675 tonnes d’ordures sont jetées chaque heure dans les mers, dont la moitié est constituée de matières plastiques.
- On ne recycle qu’1% des 14 millions de tonnes annuelles de matières polystyrènes.
- Rien qu’en Europe, plus d’1 million de personnes travaillent pour l’industrie plastique.
- En France, près de 300 sacs plastiques sont utilisés par an et par habitant… Et 45% des déchets plastiques ne sont pas recyclés.
- 500 ans, c’est la durée pendant laquelle les matières synthétiques demeurent en l’état dans le sol et dans les eaux.
- Le plastique s’invite dans notre organisme et y cause de graves dégâts (cf par exemple le dossier du Bisphenol A).

Ces faits et chiffres sont issus du film documentaire PLASTIC PLANET et du livre qui l’accompagne.

Difficile de répondre par la positive quand on prend connaissance de ces éléments.

Pour ce qui est des critères : les cinq y passent !!