La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
3 & 4 février : Devine qui vient manger au jardin
Julie Debruyne  â€¢  17 janvier 2018

-
Le recensement des oiseaux de jardin organisé par Natagora approche à grand pas. Plusieurs milliers de familles vont se mobiliser. Contrairement à l’année passée, les oiseaux de plusieurs espèces semblent bien présents dans les jardins. De nombreuses observations seront donc possibles !

Chaque hiver depuis 2004, Natagora invite les particuliers à compter les oiseaux lors de l’opération "Devine qui vient manger au jardin". Cette édition 2018 s’annonce très différente de la précédente, marquée par une absence remarquée des oiseaux. Cette année, une abondance particulière est observée aux mangeoires, qui se vident à une vitesse exceptionnelle.

Grosbec, sizerin, bouvreuils : des invités de marque !

En plus de l’abondance des oiseaux classiques à la mangeoire, on peut s’attendre à des observations de granivores moins communs, liés à des afflux particuliers cet hiver de ces espèces venant du nord. C’est le cas du grosbec casse-noyaux. Normalement rare aux mangeoires, ce magnifique oiseau aux couleurs et à la silhouette si particulière a déjà été signalé par plusieurs observateurs, notamment à la recherche de graines de tournesol. Le grosbec est arrivé en nombre tout à fait inhabituel l’automne dernier dans certains pays d’Europe occidentale, mais il reste à préciser si cet afflux se marquera aussi chez nous.

Un autre afflux concerne le sizerin flammé. Reconnaissable à son beau front rouge et à son ventre rayé, il vient normalement peu dans les jardins Cependant, si vous avez la chance de disposer de bouleaux ou d’autres feuillus indigènes, restez attentifs ! Pour attirer cette espèce et d’autres, le mieux est encore de laisser dans son jardin de petites zones en friches. Une série de granivores raffolent en effet des “mauvaises herbes” rudérales montées en graine. C’est le cas justement du sizerin flammé du nord de l’Europe, mais aussi du bouvreuil pivoine, par exemple.

USUTU : quel impact de l’épidémie ?

Au fil des ans, les analyses des résultats du recensement ont permis d’établir de nombreuses constatations : la diminution de l’avifaune associée aux milieux agricoles, le maintien ou l’augmentation de certaines espèces liées aux jardins (mésanges, pigeon ramier), la bonne santé du chardonneret… Cette année, les résultats permettront peut-être de quantifier l’impact de l’épidémie du virus USUTU, qui s’attaque principalement aux merles. Des résultats préliminaires venus des Pays-Bas suggèrent ainsi une diminution d’abondance du merle dans ce pays. Les résultats belges sont donc attendus.

Jean-Yves Paquet, directeur du département Etudes de Natagora : "Les chiffres fournis par le recensement des oiseaux des jardins nous offrent un angle de vue intéressant pour comprendre les mouvements de population des espèces communes. Les données que nous récoltons par le biais d’observations citoyennes nous permettent d’ajuster nos actions de protection de la biodiversité."

Participez, c’est très simple !

1. Observez les oiseaux de votre jardin au moins une heure* sur le week-end du 3 & 4 février.
2. Identifiez les espèces en vous aidant de des outils que Natagora propose ici.
3. Notez le nombre maximum d’oiseaux que vous avez observés en même temps pour chaque espèce identifiée.
4. Renseignez vos observations directement sur le site web de Natagora.

Le site de la campagne : www.natagora.be/oiseaux




 
Dans la même rubrique
Soutiens